logo_wecitizens_2.5  
 
 
 
- Un nouveau modèle : la ‘démocratie déléguée’
- Elegio: le vote électronique
 

Bonjour

JPP-bottom

L’histoire montre combien les systèmes démocratiques sont imparfaits. Le jeu démocratique produit des décisions néfastes. Je ne citerai que la seconde guerre mondiale. Les plus philosophes auront compris qu’aucun système ne fonctionnera à satisfaction si les gens (dirigeants et électeurs) sont indignes. Réformer le système démocratique ne résoudra donc pas tout – il n’y a pas de panacée – mais il y a tout de même des « quick wins » à réaliser.
Un bon système démocratique ne se contente pas de freiner les abus, mais doit favoriser les bons comportements. Il faut, par exemple, inciter le citoyen à s’intéresser d’une façon constructive à la politique. Au travers de cette newsletter, et avec votre aide, NousCitoyens veut agir comme think-tank, invitant à des remises en question. Ce mois, nous vous livrons une piste résolument innovante pour organiser la démocratie parlementaire. Cette fois-ci on ne parle pas de tirage au sort des parlementaires, mais d’une délégation du pouvoir des citoyens (la ‘Nation’) aux représentants.

Citoyennement vôtre ! Jean-Paul Pinon

 
Img-Narr-2-Newsletter-6
 

Démocratie délégué : pour sortir de la préhistoire

Les signaux d’alarme, invitant à repenser notre modèle démocratique, ne manquent pas. Les progrès technologiques permettent d’envisager des modèles plus perfectionnés. L’auteur de cet article en propose un : la démocratie déléguée. Celle-ci combine les avantages de la démocratie représentative classique et de la démocratie directe. Elle respecte la place des partis, mais elle réduit leur « toute-puissance ». Le citoyen peut choisir entre les élections classiques, dans l’isoloir, ou l’octroi d’une procuration nominative révocable à un parlementaire.

 
 
 
34545

Nombre de lecteurs qui ont ouvert notre newsletter (n°13)

 
 

Source d'inspiration

Contre le cumul de mandats
L’avidité existe partout (surtout chez ceux qui n’ont guère d’autres ressources morales). Si les gouvernants en tolèrent les dérives, sans les sanctionner, ils s’en font les complices. Sans nulle intention de faire la « pub » d’un personnage particulier, il faut reconnaître que le Président Poutine se montre efficace pour combattre les cumuls ‘coupables’ de mandats. Voyez sa façon de faire dans les images suivantes (4’) d’un conseil des ministres élargi.

 
 
 

Un nouveau membre: Elegio

La technique au service de la démocratie
Même si la démocratie ne se réduit pas à l’instauration d’élections, celles-ci en sont une composante essentielle. La fracture entre le monde politique et le citoyen se traduit entre autres par une désaffection des électeurs : en 2014 seuls 42,5 % des électeurs européens se sont déplacés pour voter. Et si on se limite aux jeunes, la moyenne européenne tombe à 28%. Les institutions européennes veulent promouvoir le recours aux technologies digitales pour « booster » la participation des citoyens aux élections. Nous interrogeons ici un spécialiste en la matière.

 
 
 
Chamfort

"Un pouvoir absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux… (qui) couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes… Il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète."

Alexis de Toqueville (+1859), prédisant le "despotisme démocratique"
 
 

Absurdistan

Le 30 juillet 2015, Alexander De Croo, Ministre de la Coopération au Développement, a signé un accord-cadre avec les ONGs et leurs fédérations. Cet accord prévoyait une diminution importante des fonds pour les ONGs. Dans un esprit de collaboration loyale, les deux parties y ont pris des engagements fermes. Les ONGs ont accepté la réduction de la dotation (austérité oblige), et toute une série d’autres réformes. Le Ministre s’est engagé à inscrire au budget fédéral 233 million/an, pendant la période 2017-2021. Vingt mois plus tard, le 1er février 2017, le même Ministre annonce que le budget sera encore une fois raboté, de 15% supplémentaires.

 
 

Humour

 
Img-Narr-6-Outils-6
 

(Les articles signés n'engagent que leurs auteurs.)