Article - Crise du Covid-19: gouverner, c’est prévoir !

Posté le 28/04/2020 dans Non classé @fr.

Les sous-évalués d’hier sont les héros d’aujourd’hui. L’incompétence des gouvernants pour affronter la pandémie engendre une forte pression sur des citoyens traditionnellement moins prestigieux, qui doivent maintenant nous dépanner dans le chaos. L’oligarchie était trop occupée avec ses jeux politiques pour anticiper les dangers guettant les citoyens.

 

Vous entendez parfois dire que nous vivons à une «époque révolutionnaire». Cela semble impressionnant ou terrifiant, selon que la révolution est considérée comme une perspective séduisante ou odieuse. Mais, c’est vrai, le renversement radical d’un paradigme jusque-là généralement accepté, d’une façon de penser, de travailler, de vivre ensemble : cela s’appelle révolution.

 

Comment cela se passait-il avant la pandémie? Les gens regardaient avec admiration «vers le haut», vers les autorités, parce ces gouvernant se battaient pour notre bien-être, ou voulaient que nous le croyions. Pour l’étage inférieur, il y avait tout sauf l’estime. Plutôt de la condescendance, et, dans le meilleur des cas, un peu de pitié. Après tout, même sous-payés et sous-évalués – ces braves gens continuaient d’exécuter les tâches ingrates.

 

Et regardez, cela a soudainement tout changé maintenant. Une révolution se produit concernant l’estime et l’appréciation. Pas étonnant que certains voient la pandémie corona comme un complot communiste mondial : les sous-évalués d’hier sont devenus les héros aujourd’hui. Et aucun le jour ne passe sans qu’une de ces ‘excellences’ ne récolte des ricanements ou de la colère.

 

Un jeune président du parti, qui n’a pas encore appris à tromper ses concitoyens avec un jargon inintelligible, a appelé ce que les dirigeants accomplissent ces jours-ci “du bricolage”. Est-ce trop négatif? Ils font ce qu’ils peuvent, non? Ils ne pouvaient pas prévoir cela, n’est-ce pas? Ils ne sont qu’humains, n’est-ce pas? Pauvres.

 

La pitié a changé de direction, à l’instar de l’estime. Espérons que ce sera pour plus que quelques semaines. Parce que, franchement, il y a beaucoup à dire sur les élites dirigeantes rassemblées. Cela ne met pas en danger la démocratie. Au contraire, il est impératif de soutenir la démocratie dans l’avenir post-corona.

 

L’une des nombreux grains sagesse qu’on a dû vous transmettre à l’école, est: «gouverner, c’est prévoir». Et un bon enseignant expliquerait que «gouverner» signifie un peu plus que «gérer». Ce dernier est le travail au jour-le-jour, l’application et le respect des règles et règlements existants, en bref: faire tourner la boutique. Quiconque veut être digne du nom de gouvernant doit regarder plus loin, doit anticiper. Il ne suffit pas de commander des rapports de toutes sortes d’experts sur les développements ou événements futurs, mais il faut aussi les lire, et en tenir compte. Eh bien, cela ne s’est manifestement pas produit dans ce pays – et pas seulement ici.

 

Le lecteur attentif du journal est sidéré d’apprendre combien de rapports bien fondés ont déjà mis en garde contre ce genre de dangers (sans nommer la méchante bestiole, mais ce n’était pas le but), mais n’ont jamais été pris à cœur. On apprend – et oui «c’est belge» – qu’une réserve stratégique de masques a été détruite parce que le bail pour le lieu de stockage avait expiré. Quiconque est assez âgé se souvient comment, même au moment de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, les ministres voulaient initialement se tromper eux-mêmes et la population que ce ne serait pas bien grave. Nous constatons que, dans notre Europe unifiée, les informations ne sont pas transmises ou ne sont pas transmises à temps, les mesures sont entrecroisées et les frontières sont fermées dans la panique. Tout ceci est déshonorant pour les esprits supérieurs qui nous gouvernent.

 

Ce n’est pas sans raison qu’on se demande comment la démocratie sortira de cette crise : renforcée ou affaiblie?

Si vous regardez l’énorme engagement de plusieurs dizaines de milliers de personnes qui, sans gémir, se disputer ou s’attarder – et surtout: sans attendre la clarté de la communication chaotique du gouvernement – se sont attaqués aux problèmes à petite échelle, il y a encore de l’espoir que l’esprit communautaire et social ne disparaîtra pas immédiatement.

 

Un peu moins joyeux sont les rapports sur la façon dont les dirigeants autoritaires (qu’ils soient asiatiques, d’Europe centrale ou d’origine yankee) imposent maintenant des règles, dont on se demande si elles seront «temporaires». Des systèmes d’avertissement que vous attachez autour de votre poignet «pour votre propre sécurité», mais qui sont essentiellement les mêmes qu’un bracelet électronique de prisonnier…

 

Ce qui se passe sous nos yeux est moins dramatique à première vue, mais pas moins inquiétant. Jugez par vous-même: qu’est-ce qu’une démocratie peut attendre des dirigeants qui prennent les mesures les plus insensées, sans même se rappeler de consulter à l’avance les gens sur le front, qui essaient de garder la tête hors de l’eau, jour après jour? La capacité d’empathie n’est pas donnée à tout le monde. Mais la courtoisie de base envers les «héros d’aujourd’hui», est-ce trop demandé?

 

Cette opinion a été publié dans Knack, le 25 avril 2020.

Elle a été écrite par Edi Clijsters, promoteur de Vlinks.

Vlinks aspire à une Flandre sociale, équitable et inclusive, avec une autonomie maximale.

Les commentaires sont fermés.